1. juin, 2020

Pentecôte : comment faire grandir ses charismes ?

L’Église catholique croit que l’Esprit saint peut conférer des charismes, comme Il l’a fait avec les apôtres le jour de la Pentecôte. Qu’ils soient extraordinaires ou ordinaires, ce sont des compétences à mettre en premier lieu au service de Dieu et de l’Église. Mais attention à bien prendre soin de ses charismes !

 La Pentecôte a des airs d’une veillée autour du feu : senteurs de la nuit humide, gaieté des cœurs, la flamme. Le feu est fascinant, comme un être vivant. Le feu existe, pourtant il n’existe pas. Il brûle un autre que lui, il brûle le bois, lui-même n’est qu’une flamme légère. L’Esprit Saint n’agit pas autrement avec nous. Il éclaire, brûle, s’élève, consume. Nul ne saurait L’étreindre. Il est invisible, Il se contente d’éclairer les visages. Quand le bois est noirci, l’Esprit Saint s’est échappé ! Ah ! comme cela est grisant, et frustrant ! Les bûches, c’est nous. Toujours allumées, toujours consumées, et si peu de gens autour de notre feu chrétien !

Bien distinguer le don du charisme

On parle beaucoup des charismes de l’Esprit Saint, avec raison, mais pas toujours raisonnablement. Les charismes de l’Esprit Saint ne sont pas de la magie pour chrétiens. Ils sont l’effet du sacrement de la confirmation. Ce sacrement, tout chrétien adulte l’a reçu, en vit, l’oublie. Pourtant, la confirmation est, avec le baptême, un sacrement à caractère. Elle est une qualité permanente de l’âme. Elle est toujours agissante. Les charismes de l’Esprit Saint sont en nous. Nul besoin d’aller chercher de l’inédit. Tout est là et gémit de ne pas être assumé. Les charismes – y compris les plus spectaculaires – ne sont rien de plus qu’une actualisation du sacrement de la confirmation. Le savons-nous assez ?

Il faut d’ailleurs distinguer ce qui relève du don et ce qui relève du charisme. Le don est une grâce qui nous rend saints. Le charisme est une grâce qui nous donne de rendre saints les autres. Souvent, les charismes spirituels se greffent sur des qualités humaines. Bien sûr, l’Esprit nous hisse plus haut que nous ne l’avions prévu, mais dans la ligne de ce que nous sommes. Saint Paul était un beau parleur, il est devenu l’apôtre du Christ !

Le secret pour faire grandir son charisme

Toutefois, les dons et les charismes ont besoin de grandir en vertus. La vertu est l’orchestre des dons en répétition. Les répétitions sont nécessaires à la réussite du concert. L’erreur serait de courir de charisme en charisme – en fait, d’émotion en émotion, de Foi sentie en Foi sentie – et de négliger les vertus. De même, la prière est une vertu, à cultiver chaque jour. Elle peut se perdre. Le feu s’entretient, non avec du feu, mais avec des bûches.

Frère Thierry-Dominique Humbrecht