26. oct., 2021

Quand Dieu préfère passer par la petite voie

Réaliser de grandes choses tout au long de sa vie pour gagner son paradis, c’est ce qu’on pourrait appeler l’autoroute de la sainteté. Mais il n’est pas nécessaire de l’emprunter pour y arriver. Prenez Thérèse de Lisieux. Elle a pris la petite voie et cela "marche" manifestement aussi bien !

Elle n’a fait aucun miracle de son vivant, n’a entrepris aucune grande réforme, n’avait pas de don de prophétie et a fini sa vie dans l’anonymat le plus complet, comme des millions d’autres personnes. C’est bien par la petite voie que Thérèse de Lisieux a emprunté pour atteindre la sainteté au cours de ses 24 courtes années d’existence. Entrée au Carmel à 15 ans, elle a vécu en suivant simplement la règle de son Ordre. Sans postérité possible, à priori.

C’est sans compter que Thérèse de Lisieux a laissé un certain nombre d’écrits, pour la plupart destinés à ses sœurs de sang Pauline et Céline. Rassemblés après sa mort dans un recueil intitulé Histoire d’une âme ce sont d’abord les sœurs du Carmel qui le partagent entre elles. Puis avec des laïcs. Ce recueil fait finalement l’objet d’une édition à 2.000 exemplaires dans un premier temps… puis 4.000. Puis bien plus. Un siècle plus tard, de rééditions en rééditions, on estime que 500 millions d’exemplaires d’Histoire d’une âme ont été tirés. La prière adressée à Thérèse de Lisieux depuis est à l’origine d’innombrables conversions et de miracles partout dans le monde.

Dans cette autobiographie, celle qui voulait être appelée la petite Thérèse, décrit l’histoire de sa relation à Dieu. Une histoire simple qui touche immanquablement le cœur des hommes. Et pour cause, Thérèse, qui cherchait sa vocation comme nous tous, avait trouvé une réponse :

« Ma vocation c’est l’Amour. Je compris que l’Amour renfermait toutes les vocations, que l’Amour était tout, qu’il embrassait tous les temps et tous les lieux. En un mot qu’il est Éternel. »

Il y a déjà deux mille ans, saint Paul nous avertissait que « sans l’amour nous ne sommes rien ». La petite Thérèse nous fait comprendre que la sainteté ne consiste pas à faire des choses extraordinaires mais des choses communes d’une manière non commune. C’est cette petite voie, ce chemin entièrement tourné vers l’Amour du Christ et de son Prochain, qui inspire tant et tant de personnes qui cherchent justement Dieu dans leur vie.

Hozana propose de redécouvrir par la prière et la réflexion cette petite voie, cette façon si unique de vivre chaque instant de notre vie comme une occasion d’aimer Dieu et de faire le Bien.

Albane de Cugnac