17. mars, 2022

40 jours, 40 vertus : la prévoyance

Les vertus s’acquièrent, se travaillent et se perfectionnent, pour notre bien et celui de ceux qui nous entourent. Durant ce Carême, le père Michel Martin-Prével propose de reprendre la pratique des vertus, avec une courte méditation chaque jour, et un exercice pour appliquer une vertu particulière.

Etes-vous prévoyants ? S’agit-il d’un caractère génétique ou acquis, ou d’une simple qualité ? Le prévoyant se définit comme quelqu’un qui prend des dispositions en vue de ce qui doit ou peut arriver, avec perspicacité. Par exemple on dira cela d’une femme organisée. Le latin est praevidere, voir par avance. C’est une vertu de l’éducation parce que l’enfant voit mal le futur.

La prévoyance est très liée à la prudence, car prévoir, voir par avance, doit aboutir à réaliser. Et là opère la prudence, qui discerne les moyens. Dans la prudence il y a la pratique, centrée sur les moyens à trouver. Mais la prévoyance la précède pour calculer et discerner la fin. Par exemple il faudra avec prudence programmer un pique-nique, mais prévoir la nourriture en la préparant à l’avance.

Vertu de l’espérance, la prévoyance, c’est vivre aujourd’hui en sachant où l’on va, ou vivre aujourd’hui comme si c’était demain. C’est aussi une vertu spéculative : réfléchir, voir après ou voir loin, pour bien voir la finalité. Prévoyant pour devenir ensuite prudent en matière d’argent, d’économie pour assurer l’avenir, sans avarice. Cigale et non fourmi.

Les contraires de la prévoyance sont insouciance, ignorance, procrastination (remettre au lendemain), prodigalité, obsession parfois. Être vierge, sage et non imprudente, pour vivre en voyant déjà le ciel, le Royaume. Être chrétien comme si c’était le ciel sur la terre !

Résolution : Je décide de préparer aujourd’hui quelque chose pour plus tard.

Michel Martin-Prével