4. mars, 2022

Cinq façons très simples d’aider les réfugiés ukrainiens

Les images des centaines de milliers d’Ukrainiens contraints de fuir leur pays depuis le début de l’offensive russe, poussent à agir. Voici cinq pistes concrètes pour soutenir les réfugiés ukrainiens depuis la France.

Depuis le début de l’offensive russe le 24 février, au moins un million de réfugiés auraient fui l’Ukraine et plusieurs millions d’Ukrainiens sont déplacés à l’intérieur du pays selon les Nations unies. Les hommes âgés de 18 à 60 ans étant mobilisés pour combattre, ce sont essentiellement des femmes, des enfants et des personnes âgées qui se retrouvent jetés sur les routes d’Ukraine avec pour seuls biens, souvent, un ou deux sacs portés péniblement sur les épaules ou à bout de bras. Face à cette misère, cette épreuve, difficile de rester indifférent. Voici cinq manières de soutenir les réfugiés ukrainiens depuis la France.

1 - DON FINANCIERS
Dès le début de l’offensive russe, de nombreuses associations ont annoncé le déblocage de fonds d’urgence et le lancement de campagnes de dons spécialement dédiés à l’Ukraine. Le Secours catholique, qui fait partie du réseau Caritas, a très rapidement réagi en lançant un appel aux dons pour venir en aide aux civils. « La situation sur place est très instable et le conflit touche toute la population. De nombreux civils ont besoin d’une aide humanitaire urgente », explique Benoît-Xavier Loridon, directeur de l’Action et international au Secours Catholique-Caritas France. Les fonds récoltés seront directement reversés à la Caritas Ukraine. Sur le terrain, les besoins se font particulièrement sentir à Odessa, Kiev et Kharkiv et dans les territoires situés à l’ouest du pays. Caritas est aussi présente dans l’aide au regroupement des familles et dans l’organisation des déplacés qui fuient le conflit.

L’Œuvre d’Orient a également lancé un appel aux dons pour « soutenir les familles ukrainiennes en difficulté, en Ukraine ou ayant fui leur propre pays ». Des collaborateurs de l’association analysent actuellement les besoins à la frontière ukrainienne. L’Aide à l’Église en détresse (AED), qui a annoncé 24 heures après le début de l’offensive une aide d’urgence d’un million d’euros, a elle aussi lancé un appel aux dons pour venir en aide « aux près de 5.000 prêtres et religieux et 1.350 religieuses en Ukraine qui sont au chevet de la population souffrante ». Pour répondre aux besoins en médicaments, en solution d’accueil et pour prendre en charge, le mieux possible, les réfugiés ukrainiens aux frontières du pays, l’Ordre de Malte France a démarré une campagne de mobilisation dédiée à l’Ukraine.

2 - DONS DE MATÉRIELS
À travers toute le France, des villes, des associations et des particuliers ont lancé des collectes pour soutenir les Ukrainiens qui fuient les bombardements russes. L’Association des maires de France a ainsi indiqué des lieux de collecte à travers tout le pays. À Paris et en Ile-de-France l’association Plast, qui rassemble les scouts ukrainiens de France, récoltent des produits de première nécessité et les envoient en Ukraine. Des médicaments (antidouleurs, antibiotiques, analgésiques, seringues…), des vêtements (chaussettes chaudes, gants…)… l’association a publié une liste détaillée des produits recherchés. L’association Aide médicale caritative France-Ukraine (AMCFU) collecte plus particulièrement du matériel médical professionnel à destination des hôpitaux ukrainiens. Des initiatives similaires ont fleuri un peu partout en France. Celles et ceux qui souhaitent y participer sont invités à se rapprocher de leur mairie ou de leur paroisse.

3 - S’INFORMER
Pas question ici de tomber dans une surconsommation anxiogène d’informations concernant l’évolution minute par minute de la situation en Ukraine. Mais pas question non plus de bloquer toutes les informations concernant le conflit en Ukraine et de tomber dans l’indifférence quant à la détresse d’un pays et de ses plus de 44 millions d’habitants. Il s’agit donc d’avoir une relation ajustée à l’actualité en choisissant bien ses sources d’information.

4 - LA PRIÈRE
Prier pour la paix, pour que l’amour du Christ habite le cœur des hommes et pour que les divisions soient surmontées est essentielle. Prier pour la paix en Ukraine ne signifie pas demander à Dieu d’arrêter la guerre « d’un coup de baguette magique » mais bien de lui demander de changer nos cœurs et de donner à chacune des personnes impliquées dans ce conflit la force d’amorcer des gestes de paix. Prier pour la paix, c’est se rapprocher du Christ, « Prince de la paix », qui a été jusqu’à donner sa vie afin de prouver que l’amour et la paix l’emportent toujours sur la haine et la violence. Dans cette optique, chaque fidèle peut réciter la prière pour la paix en Ukraine du pape François ou, tout simplement, confier ce pays au Seigneur au cours de sa prière personnelle.

5 - DONNER DE SON TEMPS
Donner de l’argent, fournir des biens de première nécessité, s’informer avec justesse, prier… Les manières de soutenir les réfugiés ukrainiens sont nombreuses. On pourrait y ajouter également donner de son temps. Donner de son temps en s’investissant dans une association qui vient en aide aux réfugiés ukrainiens mais aussi donner de son temps en montant un groupe de prière, par exemple, tout spécialement tourné vers la paix en Ukraine, ou en organisant dans sa paroisse une veillée de prière pour la paix dans les prochains jours.

Agnès Pinard Legry