24. juil., 2022

Six bonnes raisons d’arriver en avance à la messe

Arriver à la messe quelques minutes plus tôt peut apporter beaucoup et permettre de vivre la célébration plus intensément.

La messe est le centre de la vie de tout chrétien. Non seulement il est important d’y participer tous les dimanches, comme l’Eglise le demande, mais il est également profitable d’arriver un peu avant le début de la célébration. Voici pourquoi.

1 - ETRE SÛR D’ASSISTER À TOUTE LA MESSE
Dans nos vies souvent effrénées et mouvementées, il est fréquent de nous précipiter aussi pour aller à la messe… et d’arriver souvent en retard ! Nous risquons ainsi de ne pas vivre pleinement la célébration eucharistique.

La pape François affirme que : « l’Eucharistie constitue le sommet de l’action de salut de Dieu : le Seigneur Jésus, se faisant pain rompu, déverse sur nous toute sa miséricorde et son amour, de manière à renouveler notre cœur, notre existence et notre façon de nous mettre en relation avec Lui et avec nos frères et sœurs ». 

La pape François affirme que : « l’Eucharistie constitue le sommet de l’action de salut de Dieu : le Seigneur Jésus, se faisant pain rompu, déverse sur nous toute sa miséricorde et son amour, de manière à renouveler notre cœur, notre existence et notre façon de nous mettre en relation avec Lui et avec nos frères et sœurs ».

Si nous méditons sur le sens véritable de la messe, il nous deviendra certainement plus facile d’arriver à l’avance. Pourquoi ne pas prévoir l’heure à laquelle nous souhaitons quitter la maison ? Et pourquoi ne pas choisir la veille l’église et la messe à laquelle nous voulons assister ? Cela nous aidera à arriver plus tôt et à vivre avec plus intensément le miracle que le Seigneur veut nous offrir.

Il ne s’agit pas seulement d’être ponctuel mais bien d’arriver à l’avance, car si nous quittons la maison pour être précisément à l’heure, nous arriverons parfois pour le début de la messe et parfois en retard. Alors que si nous prévoyons d’arriver dix ou quinze minutes plus tôt, nous disposerons d’une marge suffisante pour contourner les imprévus.

2 - SE RECUEILLIR DANS LA PRIÈRE, EN PRÉPARANT SON ÂME ET SON ESPRIT
Combien de fois nous retrouvons-nous perdus dans nos pensées pendant la messe du dimanche ? Nous songeons à la liste des choses que nous avons à faire et à nos diverses obligations. Les inquiétudes nous privent de notre paix et les problèmes nous assaillent. Il est facile d’avoir toujours mille choses en tête. Mais la messe est une véritable rencontre personnelle (et familiale) avec Jésus. Il est vraiment présent : dans sa Parole, dans l’Eucharistie et dans l’assemblée, car « quand deux ou trois sont réunis en mon nom, je suis là, au milieu d’eux » (Mt 18,20). Il est le protagoniste absolu de la célébration.

Si nous arrivons dix ou quinze minutes plus tôt, quand l’église est encore à moitié vide, nous pouvons nous détendre et nous recueillir en silence. Nous pouvons utiliser ce temps pour invoquer le Saint-Esprit et nous mettre dans une disposition de prière. Nous pouvons aussi déposer toutes nos préoccupations au pied de l’autel, les confier au Seigneur, Lui demander que notre esprit n’aille par ailleurs et qu’Il nous aide à vivre la célébration avec intensité.

3 - LIRE LES LECTURES À L’AVANCE
Les lectures ne sont pas une partie secondaire de la messe. Certaines personnes pensent que même si elles arrivent en retard, il leur est suffisant d’assister à l’homélie. Mais la Parole de Dieu ne consiste pas simplement à lire ou à écouter la Bible. Dieu est la Parole. Le Seigneur est réellement présent dans les lectures bibliques. Ce qui est proclamé s’adresse particulièrement à chacun d’entre nous.

Les minutes qui précèdent le début de la liturgie sont un bon moment pour lire les lectures du jour. Souvent, lorsqu’elles sont lues pendant la messe, nous sommes envahis par mille distractions, ou nous n’entendons pas bien ou nous sommes peu sensibles à l’intonation de voix du lecteur… Mais lorsque nous les avons lues au préalable, nous pouvons mieux les comprendre : nous voyons le lien entre elles, nous ouvrons davantage notre cœur et nous pouvons être plus facilement touchés par un ou plusieurs versets.

4 - RÉPÉTER LES CHANTS
Beaucoup de chants sont d’authentiques prières composées de très belles paroles. « Chanter à Dieu, c’est prier deux fois » disait saint Jean Paul II, rappelant l’idée de saint Augustin. Chanter est aussi un signe de notre participation à la messe.

Dans de nombreuses paroisses, les chants sont répétés avec la chorale avant le début de la célébration. Quand nous arrivons à l’avance, nous pouvons les apprendre, les répéter, les comprendre et ensuite les chanter en étant pleinement conscients de ce que nous disons.

5 - AVOIR UNE BONNE PLACE
Arriver à l’église à l’avance garantit de trouver une bonne place. Il est démontré que la messe est mieux vécue sur les premiers bancs. Cela permet d’être plus concentré que sur les bancs situés au fond ou de part et d’autre des portes d’entrée, où nous serons distraits par ceux qui rentrent et ceux qui sortent. Arriver tôt, nous permettra de choisir notre place, d’avoir un meilleur son et une meilleure visibilité, et de mieux vivre la célébration eucharistique.

6 - APPRENDRE À NOS ENFANTS LA VALEUR DE LA MESSE
Comme il est important de vivre la messe en famille ! Pouvoir la vivre ensemble est une manière de renforcer notre Église domestique. De plus, c’est une véritable école, pas tout à fait comme les autres. Ce que les enfants observent chez leurs parents laisse une empreinte : la manière dont ils nous voient prier, chanter, nous habiller, communier… et aussi arriver ponctuels !

Si, dès leur plus jeune âge, ils sont habitués à arriver à l’avance et à considérer la messe comme un élément central de la semaine, il leur sera plus facile de vivre la célébration eucharistique avec plus d’intensité et de recueillement tout au long de leur vie.

Benito Rodríguez