25. oct., 2022

Emmanuel Macron demande au chapitre du Latran de prier pour lui et pour les dirigeants du monde

Par Camille Dalmas : "Des fils invisibles nous unissent […] Je vous demande de prier pour nous, dirigeants du monde […] car c’est quelque chose qui me tient à cœur", a confié aux membres du chapitre du Latran le président Emmanuel Macron lors d’une visite le 24 octobre à la basilique majeure Saint-Jean du Latran, à Rome, rapporte le vicariat de Rome. Passant une heure et quart dans la cathédrale des papes, le "chanoine d’honneur" du Latran – titre qu’il porte depuis 2018 – a témoigné de sa reconnaissance pour la prière des chanoines, expliquant l’importance qu’elle avait pour lui en cette époque troublée.

Depuis 1604, une messe est célébrée dans la basilique chaque 13 décembre par le cardinal-vicaire de Rome pour la "prospérité de la France". Le président a déclaré être sensible à cette célébration, qui commémore l’anniversaire de la naissance du roi Henri IV, premier chanoine d’honneur de l’histoire, dont une statue, présente dans la basilique, a été présentée au président de la République.

Ce dernier a fait le déplacement au Latran après avoir déjeuné au palais du Quirinal avec le président de la République italienne Sergio Mattarella. Le matin, il avait rencontré le pape François au Vatican durant près d’une heure. Au Latran, il a été accueilli par le vicaire du pape pour le diocèse de Rome, le cardinal Angelo De Donatis, et par le Français Mgr Patrick Valdrini, chanoine du Latran et professeur de droit canonique.

Ce dernier, qui a guidé le président français pendant la rencontre, a expliqué que cette visite avait été personnellement demandée par le chef d’État, la veille. La visite, organisée en hâte avec les services du Vatican, de l’Élysée, de l’ambassade de France près le Saint-Siège et du Vicariat du diocèse de Rome, s’est déroulée un temps dans les appartements pontificaux du Latran.

Le président s’est ainsi rendu dans la célèbre Salle de la Signature où ont été signés les accords du Latran, en 1929, donnant naissance à l’État du Vatican. Emmanuel Macron, "très détendu", n’y a passé que peu de temps, confie Mgr Valdrini, mais s’est en revanche volontairement attardé dans la basilique.

"Le président s’intéressait surtout aux symboles", souligne le prélat français qui considère qu’il a un important rapport "à la spiritualité du pouvoir". Lui ont notamment été présentées la cathèdre de l’évêque de Rome – c’est-à-dire celle du Pape – ou la relique de la table sur laquelle saint Pierre aurait célébré sa première messe à Rome.

Emmanuel Macron pense à la prière des chanoines du Latran

L’un des moments les plus forts a sans doute été celui passé dans la chapelle du chœur, dite chapelle Colonna – du nom de la célèbre famille romaine qui possède encore le lieu – où se retrouvent les membres du chapitre du Latran. Ces derniers, presque tous Italiens, l’ont reçu pendant une vingtaine de minutes. Le président a échangé avec eux avec une "émotion visible", assure Mgr Valdrini, et a pris le temps de saluer chacun.

Là, le président français a confié être "très heureux" de faire partie de ce chapitre. Il leur a dit penser parfois à la prière des chanoines du Latran, lui qui doit parfois faire face à des difficultés en tant que président.

Mgr Valdrini reconnaît que cette tradition du chanoine d’honneur peut paraître étrange vue de l’extérieur – les présidents de la République français en exercice peuvent recevoir le titre de chanoine d’honneur du Latran. Au cours de la visite, il a d’ailleurs raconté au président qu’une missive du chapitre envoyée à un de ses prédécesseurs sous la Ve République n’avait pas été prise au sérieux par le secrétariat de l’Élysée et avait donc été classée par inadvertance dans le courrier "des fous"…

Après sa visite au Latran, le président a rejoint le Palatin – au cœur du forum romain – pour un temps en privé avec son épouse, Brigitte Macron, qui a longtemps enseigné le latin. Le couple présidentiel a enfin rejoint son avion pour repartir vers Paris avec la délégation.