Lumière dans nos vies, Emmanuel - YouTube

 

Prières sur mes chemins de femme

La Samaritaine et Sentiers d'Evangile

- Antoinette Gendron-Pinçon -

Ô SEIGNEUR APPRENDS - MOI !

 

Ô Seigneur ! Apprends-moi la tendresse
Apprends-moi la douceur !
Apprends-moi le sourire jusqu'au fond du coeur !
Apprends-moi le secret de donner du bonheur !
Ô Seigneur, apprends-moi !

Apprends-moi tous les mots et place sur mes lèvres
Les paroles de Paix qui calment toute fièvre.
Donne-moi d'écouter le battement du coeur
De tout être blessé qui souffre et qui a peur !

Apprends-moi ton regard
Pour qu'il passe en mes yeux
Au cours de ma "Rencontre" avec un frère anxieux
Apprends-moi l'offertoire
Apprends-moi la lumière
Qui jaillit de l'amour quand tout homme est mon frère

Lorsque je n'ai pas faim, que ma bouche est amère,
Ô Seigneur apprends-moi à consommer le pain
Pour que chaque bouchée offerte à ma manière
Devienne "Acte d'amour"
Pour tous ceux qui ont faim !

Apprends-moi à grandir tout acte "terre à terre"
En passant par ton coeur
En passant par ta voix !
Apprends-moi à changer l'aspect de ma misère
En te la présentant sur le bois de Ta Croix.

Ô Seigneur ! Apprends-moi le parfum du silence
Apprends-moi dans la nuit le prix de ta présence
Apprends-moi la façon de répandre la Paix !
Par le plus petit geste, même sans importance
Qui devient créateur si je veux désormais
Accepter, Ô Seigneur que rien ne m'appartienne
Te laisser "agir" en moi quoiqu'il advienne !

Ô Seigneur ! Apprends-moi
A n'aimer que par Toi !
Amen   

Antoinette Gendron-Pinçon

Du désir d'être rassurée, délivre-moi, Seigneur !

 

Ô JESUS DOUX ET HUMBLE DE CŒUR,
RENDS MON CŒUR SEMBLABLE AU TIEN

Du désir d’être estimée, délivre-moi, Seigneur
Du désir d’être affectionnée, délivre-moi, Seigneur
Du désir d’être recherchée, délivre-moi, Seigneur
Du désir d’être honorée, délivre-moi, Seigneur
Du désir d’être louée, délivre-moi, Seigneur
Du désir d’être préférée, délivre-moi, Seigneur
Du désir d’être consultée, délivre-moi, Seigneur
Du désir d’être approuvée, délivre-moi, Seigneur
Du désir d’être comprise, délivre-moi, Seigneur
Du désir d’être visitée, délivre-moi, Seigneur


De la crainte d’être humiliée, délivre-moi, Seigneur
De la crainte d’être méprisée, délivre-moi, Seigneur
De la crainte d’être rebutée, délivre-moi, Seigneur
De la crainte d’être calomniée, délivre-moi, Seigneur
De la crainte d’être oubliée, délivre-moi, Seigneur
De la crainte d’être raillée, délivre-moi, Seigneur
De la crainte d’être soupçonnée, délivre-moi, Seigneur
De la crainte d’être injuriée, délivre-moi, Seigneur
De la crainte d’être abandonnée, délivre-moi, Seigneur
De la crainte d’être refusée, délivre-moi, Seigneur

Que d’autres soient plus aimés que moi, accorde-moi, Seigneur, de le désirer
Que d’autres soient plus estimés que moi, accorde-moi, Seigneur, de le désirer
Que d’autres grandissent dans l’opinion et que je diminue, accorde-moi, Seigneur, de le désirer
Que d’autres soient loués et que je sois oubliée, accorde-moi, Seigneur, de le désirer
Que d’autres soient employés et que je sois mise de côté, accorde-moi, Seigneur, de le désirer
Que d’autres soient préférés en tout, accorde-moi, Seigneur, de le désirer
Que d’autres soient plus saints que moi, pourvu que je le sois autant que je puisse l’être,
Accorde-moi Seigneur, de le désirer
Amen !

 

AMOUR SI J’ETAIS TOI !

 

J'allumerais la joie dans tous les yeux éteints...
Je sèmerais des fleurs au milieu des jardins
Je jouerais des musiques aux notes d'espérance
J'ouvrirais la clarté dans le brouillard immense
J'écrirais des chansons qui parleraient d'amour
Je mettrais des senteurs au creux de chaque jour
Je verserais la paix au cœur de la violence
Et je réchaufferais la froideur du silence
En ranimant la cendre au matin du réveil !
J'habillerais ma voix d'une infinie douceur
Pour murmurer les mots qui disent la tendresse
Et je m'efforcerais d'essuyer chaque pleur
Effaçant du visage un sillon de tristesse
J'inventerais des gestes de sollicitude
En me faisant présente à toute solitude.
J’arrêterais le temps sur un instant de Paix
Pour qu’une aube d’espoir se lève désormais…
Pour l'enfant sans parents je me ferais "maman"
Et je recueillerais les "paumés" du moment
Je ne forcerais pas le mur de leur silence
J'attendrais leur retour, laissant la porte ouverte
Et la lampe allumée sur la table de fête...
Je compterais tout bas les heures de l'absence
J'accepterais de vivre près du téléphone
Pour répondre à l'appel des plus infortunés
Ma parole serait le timbre qui résonne
Et plonge jusqu'au fond des cœurs abandonnés
AMOUR ! Si j'étais toi ! dépassant la pitié
Je me ferais "partage, écoute, amitié"
Et je suis sûre alors, qu'au fond de leur folie
Dans les cœurs presque morts, rejaillirait la vie !

Antoinette Gendron-Pinçon

CHEMIN D'ESPÉRANCE

 

Ô Frère malheureux, isolé dans la nuit,
Sans joie et sans soleil, sans feu et sans ami...
Tu n'as pas rencontré ton Simon de Cyrène
Et tu gis écrasé sous le poids de ta peine !...
Allons, relève-toi, si tu veux prends ma main,
Et nous irons à deux sur le même chemin,
Alors nous atteindrons peut-être le rivage
Où la peine et l'amour ont le même visage,
Et tu n'auras plus peur,
Puisque nous aimerons avec le même coeur.


Ô Frère malheureux ! Si la route a pour toi
Le visage glacé d'agence pour l'emploi,
Si ton espoir déçu par la petite annonce
Attend chaque matin l'impossible réponse,
Ce "Oui" ouvrant la porte vers la liberté
En te donnant ta place dans la société,
Frère ! Tu n'es plus seul dans cette immense ronde
Où des mains vont s'unir pour transformer le monde
Et laisser entrevoir
Dans l'ombre de ta nuit, la minute d'espoir !...


Ô Frère malheureux !
Epuisé par le poids de ton corps douloureux,
Frère immobilisé sur un lit de souffrance,
Frère dont la blessure a besoin d'espérance,
Accepte que je vienne, en souffrant avec toi,
Aimer avec ton coeur et partager ta Croix,
Ô Frère ! Laisse-moi effacer le ravage
Que le mal a écrit sur ton pauvre visage,
Et mettre dans tes yeux
Rien que pour un instant, la joie des jours heureux !...
SUR LA ROUTE PASCAL

Antoinette Gendron Pinçon

RIEN QUE POUR AUJOURD’HUI

 

Je t’ai dit « Oui » Seigneur, je veux bien n’être rien
Reconnaître aujourd’hui le néant de moi-même
Et te laisser agir en moi puisque tu m’aimes
Et que sans Toi, de moi il ne sort aucun bien.

Fais-moi vivre par Toi pour le moment présent
Que pour chaque minute qui peuple cette heure
Tu fasses de mon cœur Ô Maître ta demeure
Où règne ta tendresse en se réalisant

Rien que pour aujourd’hui, instant après instant
Je m’abandonne à Toi, je me tais, je t’écoute
Je reçois ton amour qui m’enveloppe toute
Et me fait rencontrer le frère qui m’attend

Tu le sais mieux que moi, il se peut que demain
La révolte à nouveau m’éloigne de ta route
Et que dans ma réponse il n’y ait que le doute
Parce que mon orgueil aura lâché ta main

Alors je redirai avec ta voix, Seigneur
Avec ton cœur aussi la sublime prière
Que tu as prononcée en disant « Notre Père »
Rien que pour aujourd’hui, sois Maître de mon cœur !

Amen !

Antoinette Gendron-Pinçon

Jésus, j'ai confiance en toi

 

Mon Dieu, je suis si persuadé
Que tu veilles sur ceux qui espèrent en toi
Et qu’on ne peut manquer de rien
Quand on attend de toi toute chose
Que j’ai résolu de vivre désormais sans aucun souci
Et de me décharger sur toi de toutes mes inquiétudes !

JÉSUS, J’AI CONFIANCE EN TOI !

 

Une belle prière du Patriarche Athénagoras

La guerre la plus dure, c’est la guerre contre soi-même.
Il faut arriver à se désarmer.
J’ai mené cette guerre pendant des années, elle a été terrible.
Mais je suis désarmé.
Je n’ai plus peur de rien, car l’amour chasse la peur.
Je suis désarmé de la volonté d’avoir raison,
de me justifier en qualifiant les autres.
Je ne suis plus sur mes gardes, jalousement crispé sur mes richesses.
J’accepte et je partage.
Je ne tiens pas particulièrement à mes idées, à mes projets.
Si l’on m’en présente des meilleurs,
ou plutôt non, pas meilleurs, mais bons,
j’accepte sans regrets.
J’ai renoncé au comparatif.
Ce qui est bon, vrai, réel, est toujours pour moi le meilleur.
C’est pourquoi je n’ai plus peur.
Quand on n’a plus rien, on n’a plus peur.
Si l’on se désarme, si l’on se dépossède,
si l’on s’ouvre à l’Amour qui fait toutes choses nouvelles,
alors, l’Amour efface le mauvais passé
et nous rend un temps neuf où tout est possible.

 (Patriarche Athénagoras).

Jésus je te regarde prier

 

Pendant quarante jours au milieu du désert
Tu partages, Seigneur, toutes nos solitudes
Désert de nos cœurs vides, angoisses de nos doutes
Trouble de nos errances
Et poids de nos déroutes
Et tu vas jusqu’au fond de nos incertitudes
Pour entendre le cri au creux de la souffrance
Où tout homme se perd !

Et voici que l’Amour répond à ta prière
Avec Pierre, Jacques et Jean tu nous fais compagnons
Renouvelés au Feu de « Transfiguration »
Grâces te soient rendues pour ce chemin Lumière !
Et merci pour Moïse et merci pour Elie
Merci pour l’immensité de nos vies
Qui jaillit désormais en actes radieux
Pour effectuer le « Tour de Dieu »

Donne à nos amitiés d’être comme la tienne
Une terre fertile, un levain d’espérance
Un germe qui grandit, soulève et nous entraîne
Vers le destin de tous nos frères
Pour qu’ils existent pleinement.
Quand tu auras pétri le Pain de ta Présence
A travers notre Amour
Quand tu auras pressé le Vin de l’Abondance
Devenu sang de Vie des nouvelles naissances
A l’aurore de chaque jour
Consacrant tous nos mouvements
En un geste d’offrande tournée vers le Père !

Alors nous répondrons à tes riches desseins
Et dans ton livre ouvert
Où le monde est marqué aux axes de ta Croix
La page de la Paix effacera l’effroi
La foule de l’Amour peuplera tes Hauts-Lieux
Où tu feras de nous des saints
Lorsque nous « entrerons en Dieu » !
Amen !

 Antoinette Gendron-Pinçon

Prière pour demander une grâce par l’intercession de sainte Thérèse

Ô Sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus, vois la confiance que je mets en toi et accueille mes intentions. Intercède pour moi auprès de la Vierge Marie qui vint te sourire au moment de l’épreuve. Regarde aussi tous ceux qui peinent et qui souffrent et tous ceux qui te prient : je m’unis à eux comme à des sœurs et à des frères.

A travers les grâces que nous demandons si telle est la volonté du Seigneur, donne-nous d’être fortifiés dans la Foi, l’Espérance et l’Amour sur le chemin de la vie, et d’être aidés au moment de la mort, afin de passer de ce monde dans la paix du Père et de connaître l’éternité de joie des enfants de Dieu.

Amen !

PRIÈRE A NOTRE-DAME DES DOULEURS

Mère de toute joie, espoir de toute peine
S'il arrive parfois qu'en pleurant je me traîne
Un long regard vers toi vient réchauffer mon coeur
Et ton sourire alors efface toute peur !
Veux-tu que près de toi, pendant ce temps béni
Où l'amour de ton fils va nous être redit,
Je refasse avec toi, le chemin du calvaire
Pour apprendre de toi l'offrande d'une mère !
Tu me diras, Marie, que le poids de la Croix
Est souvent allégé par un acte de Foi
Puisque par la tendresse infinie de Jésus
L'amour chez le pécheur, a repris le dessus.
Un larron converti accueille l'espérance
Il reçoit le pardon, la paix, la délivrance,
Pendant que toi, Marie, tu deviens notre Mère
Et, par le don de Dieu, nous devenons des frères.
Tout l'amour maternel que tu veux partager
Te rend présente au Monde que tu veux changer.
Change mon coeur aussi Marie je te le donne
En espérant qu'il s'ouvre à ce qui m'environne
Marie, Ô Notre-Dame, Ô Mère des douleurs
Comme au pied de la Croix, tu maîtrisais tes pleurs
Pour tourner ton regard vers l'angoisse du Monde
Enveloppe ma vie dans une paix profonde,
Qui me libère enfin de tout ce qui est "moi"
Pour rencontrer ton fils, et le suivre avec Toi !

Antoinette Gendron-Pinçon
24 février 1987

LES LARMES DE MARIE-MADELEINE, CHEMIN DU PARDON !

 

• Relève-toi, Marie !
Tu as beaucoup aimé
Tes péchés te sont pardonnés !


Seigneur !

Son corps livré au mal par le péché détruit
Alors que tu l'avais pour toi-même construit
Pour être temple de l'Esprit
S'est écrasé vaincu par le poids des idoles
Qui l'avaient profané
Pour avoir refusé d'entendre ta Parole !
Et pourtant de ce corps blessé, abandonné
Toi, mon Dieu, dans ton amour
Tu attendais l'humble retour.
Dans ta bonté, dans ta tendresse
Tu lui faisais signe sans cesse
Tandis que lui fermait les yeux
Pour ne servir que les faux-dieux !...

Un jour enfin, il ose faire un pas vers Toi
Il tombe à tes genoux et c'est ton heure à Toi
Et conduit par ta main forte quoiqu'invisible
Ce corps va se lancer sur la route "impossible"
C'est maintenant mon Dieu
Que tes œuvres sont belles !

Car ce temple détruit
Ta main le reconstruit
Relevant chaque pierre
Et tu jettes l'oubli sur les années rebelles.
Depuis lors, chaque instant, chaque heure
Et chaque jour
Utilisant ses larmes pour mouiller la terre
De ton amour
Tu as su rebâtir ce temple à l'abandon
Avec le ciment du pardon
Pour en faire à nouveau ta maison !

• Désormais nous n'aurons plus assez de saisons
Pour chanter tes bienfaits, pour glorifier ton Nom
Toi qui fais du pécheur méprisé, misérable
Un être purifié, inondé de ta grâce.
Renouvelé en Toi, d'annoncer sur la place
Cette bonne nouvelle
"Tout homme qui te cherche, entendra ta Voix
Et trouvera enfin par un chemin de Croix
La route illuminée de la vie éternelle !"
Relève-toi, Marie, tu as beaucoup aimé
Et par cet amour-là, le monde a proclamé
"Mon Dieu ! Que tes œuvres sont belles !"
Amen !

Antoinette Gendron-Pinçon

MAGNIFICAT !

 

Marie ! O ! toute belle ! Sainte mère de Dieu,
Je viens te rendre grâces et te dire en ce lieu,
Où je t'ai suppliée,
Merci pour les merveilles dont tu m'as comblée !

Marie ! O ! toute belle ! En regardant ma vie,
Je te vois au détour de tous mes longs chemins,
Tu présentes l'amour entre tes mains bénies,
Sous les traits de ton fils dont l'éternelle offrande
Interpelle à jamais mon coeur de pèlerin,
Et me pousse à crier ma Foi toujours plus grande.

Marie ! O ! toute belle ! Aux heures de souffrance
Alors que la tristesse éclate dans les pleurs,
Tu poses ton regard, tu souris en silence,
Tu mets sur le chemin des signes d'espérance,
Arrachant une épine et posant une fleur.
Ainsi d'épine en fleur et de fleur en épine,
A travers les cailloux, on marche sur tes pas,
On trébuche parfois, on se retrouve en bas,
Mais ta main nous relève, O ! tendresse divine !
Et pour chaque faiblesse et pour chaque douleur,
Tu nous fais faire un pas de plus vers le Seigneur.
Dans un "MAGNIFICAT" s'élève ma prière
A ton fils bien-aimé, pour glorifier son nom,
Car il a fait pour moi resplendir sa lumière
Il a comblé mon coeur, et posé sur mon front
Le rayon plein d'espoir de la grande promesse.


Marie ! O ! toute belle ! En un chant d'allégresse
Humblement, je me dis, Servante du Seigneur,
Et je passe par toi, pour lui donner mon coeur !

Antoinette Gendron-Pinçon

 

La prière rafraîchissante du père Guy Gilbert pour retrouver le moral

INVITATION A LA RENCONTRE

Comme une goutte d'eau
Glissant légèrement sur les frêles cailloux
Rejoint ici ou là dans les creux de chez nous
Une autre goutte d'eau...

Comme le long ruban
Enlaçant nos prairies devient une rivière
En mouillant notre terre
Avant d'aller rejoindre l'infiniment grand
Ainsi le "grain" d'amour en ce temps de Carême
Suscite la "Rencontre" pour tous ceux qui "aiment"

Ami ! si tu voulais être la goutte d'eau
Qui murmure sans fin, au-dessus des fontaines
Chaque heure de ta vie se ferait plus active
Et, cherchant l'essentiel, à la source d'eau vive,

Les autres avec toi, trouveraient la manière
De bâtir un royaume où les hommes sont frères
Chacun viendrait alors pour oublier sa peine
Se rafraîchir au puits de la "Samaritaine".
 
Antoinette Gendron-Pinçon

NOTRE PERE

Père, qui es aux Cieux
C'est-à-dire en tous lieux
Où l'amour est présent, où la vie se partage
Que ton Nom soit béni !
Qu'on lui donne un visage
En contemplant le geste des plus démunis
Qui portent le fardeau du frère malheureux !
Agis dans notre coeur pour que ton règne vienne,
Fais de nous tes "témoins" partout quoiqu'il advienne,
Là où tu nous envoies bâtir communauté
Pour y réaliser ta sainte Volonté,
Là où tu fais le ciel, là où s'ouvre la terre,
Là où ton Divin Fils accomplit le mystère...
Pour chaque jour, Ô Père, donne-nous ta grâce
Afin que nous vivions en toi l'instant présent,
Et que chaque minute ou chaque instant qui passe
Soit vécu dans le "OUI" d'un éternel présent...
Et s'il nous arrivait d'oublier ta tendresse,
Et si notre égoïsme fuyait la détresse
Du frère douloureux qui attend notre amour,
Pardonne Ô Notre Père !
Et s'il arrive un jour
Que nous ayons très mal d'avoir été blessés,
Si nous avons cru être parfois offensés,
Pour que dans notre coeur la rancune s'efface,
Accepte d'occuper en nous toute la place,
Et qu'avec tous nos frères
Nous disions :"Notre Père"
Délivre-nous du mal et garde en nous l'Amour !
Amen !

Antoinette Gendron-Pinçon

APPEL A TOI SEIGNEUR DU FOND DE MA MISERE !

Ô Père bien-aimé, je n’ai que pauvreté
Dans ce cœur replié que l’égoïsme blesse
Et dont Toi seul connaît la constante faiblesse
Ecoute mon appel, guéris ma lâcheté

Tu m’as donné ce cœur mais le mode d’emploi
N’a pu franchir encore le mur inaccessible
Des barrières du « Moi » qui rendent impossible
Cet élan attendu qui ne conduit qu’à Toi !

Chaque jour, je reprends un douloureux combat
Je marche sur mon cœur, j’avance vers mon frère
Et, dans l’instant qui suit, l’échelle tombe à terre
Et, sans savoir comment, je me retrouve en bas…

C’est l’heure difficile où l’homme tour à tour
Accuse injustement, blesse l’autre et s’enlise
Aveuglé par le mal dont il subit l’emprise
Il cherche en vain la porte qui mène au retour !

Ô Père, je t’en prie, apprends-moi à aimer
J’attends de ton Esprit une force nouvelle
Qui me libère enfin, et qui me renouvelle
Et, prête-moi le cœur de ton Fils bien-aimé…

Donne aussi ta tendresse à ceux que j’ai blessés
Dis-leur qu’après le vent violent de la tempête
Le vieil homme mourra, sans redresser la tête
Vaincu par Ton Amour, il sera terrassé !

Antoinette Gendron-Pinçon

 

TOUT VIENT DE TOI Ô PERE TRES BON !

Je me croyais utile et je voulais ma place
Au milieu de l’arène où combattent pour Toi
Les athlètes « debout » qui reçoivent ta Grâce
Et par elle deviennent « Témoins de ta foi »

Je comptais sur moi-même et je rêvais d’action
Jurant de parcourir un terrain sans limite
Où j’aurais satisfait ma faim de relation
En voulant « avoir l’air » de marcher à Ta suite…

Je voulais en criant proclamer ta Parole
Dire au monde ma foi, par des chemins à moi
Et pour te révéler j’avais choisi mon rôle
Sans penser que l’Amour ne passe que par Toi !

En vain, je t’ai cherché où je voulais Seigneur
Et, lorsque je t’ai vu sous un autre visage
J’ai reconnu pourquoi tu m’attendais ailleurs
Et dans l’événement, j’ai compris ton message !

Pardonne-moi, Seigneur, révolte et lâcheté
Si tu m’as révélé toute ma petitesse
C’est pour mieux me combler car dans ma pauvreté
Toi seul peut soutenir le poids de ma faiblesse…

A partir de l’instant où je ne suis plus rien
La Paix revient en moi, et aussi l’espérance
Puisque tu donnes Tout, en détachant le lien
Qui me faisait esclave de ma suffisance….

Je te rends Grâces enfin, du Don de ton Amour
Sans jamais pénétrer l’insondable mystère
De ta bonté sans fin, acquise pour toujours
Je veux vivre avec Toi, l’épreuve salutaire !

Antoinette Gendron-Pinçon

 

JE T'AI AIMEE D'UN AMOUR ETERNEL !

. Père !
 Si c'est possible, éloigne ce calice !
Pourtant, qu'il me soit fait selon ta volonté...
C'est bien dans ce jardin, celui du sacrifice
Que tu m'attends, Seigneur, de toute éternité.

Tu dis :"Je t'ai aimée d'un amour éternel !"
Oui Seigneur, Tu as fait "Alliance" avec moi
Comme avec Israël !
Et tu m'as relevée au son des tambourins,
Changeant mon deuil en joie
Consolant mes chagrins.

Mais je n'ai pas fini de "gravir la hauteur"
De ta Bonté Seigneur !
Tu dis à ceux qui veulent venir à ta suite
"Chargez-vous de la Croix !"
Bien souvent j'ai dit "OUI" et puis j'ai pris la fuite
Terrassée par l'effroi !

Car la Croix était lourde, et si long le chemin
Que désespérément, j'avais lâché ta main...
Mais je pensais alors à la Cananéenne
qui reçut, non les miettes, mais le "pain" tout entier
Comme elle j'ai osé longtemps te supplier
Jusqu'à ce que Tu viennes...

C'est pourquoi je m'installe au creux de ton Pardon
Car tu as effacé mes heures d'abandon.                                                                                                                            Je voudrais te louer pour tant d'années d'amour
Où j'ai vu s'effeuiller dans le même jardin
D'abord timidement la rose du matin
Puis celle de midi, colorée de souffrance
Et pourtant devenue, rose de l'espérance !

Maintenant voici l'heure où le soleil descend
Et la rose est tâchée par des "gouttes de sang"...
Par des "larmes cachées" je te bénis Seigneur !
Je veux bien continuer avec Toi le voyage
En vraie fille de Dieu, en enfant d'Israël.
Je puiserai ma force au coeur de ton Message
Qui dit : "Je t'ai aimée d'un amour éternel !"

Antoinette Gendron-Pinçon

DIEU EST LA !

Dieu est là dans le coeur où l'argent n'est pas roi.
Là, où les plus petits reçoivent la tendresse,
Là où toute amitié chasse le désarroi.
Partout quand un sourire efface la tristesse
Dieu est là !

Dieu est là, dans la barque où s'endorment parfois
Des hommes fatigués par une longue route.
Il suffit que vers eux un témoin de la Foi
S'avance et les regarde en apaisant le doute,
Dieu est là !

Dieu est là, mais toujours il faut qu'on le découvre.
Il faut quelqu'un qui passe et qui parfois s'arrête,
Si la porte est fermée, il faut qu'une main l'ouvre
Et que pour le partage une amitié soit prête !

Il faut toujours quelqu'un qui regarde l'enfant,
Qui sache partager son émerveillement
Et qui fasse le lien entre l'enfant et Dieu
Entre Dieu et l'enfant !
Serons-nous ce "quelqu'un" qui relie Dieu à Dieu ?
 

  Antoinette Gendron-Pinçon, 1993
  Au temps de la Profession de Foi