24. févr., 2022

Le pape François exhorte à rétablir « l’alliance entre les générations »

Après un cycle de catéchèses sur saint Joseph, le pape François a ouvert le 23 février une série d’enseignements sur la vieillesse. Le vieillissement de la population doit aujourd’hui inciter l’humanité à mettre plus de "qualité spirituelle" et de "sens communautaire" dans la vie de la société, a-t-il déclaré.

Devant les fidèles rassemblés en salle Paul VI pour l’audience générale ce mercredi 23 février, le pape François a une nouvelle fois dénoncé le péril de « l’hiver démographique » et le culte de la « jeunesse éternelle », qui donne aux personnes âgées la sensation d’être « un poids » pour la société.

« Nous n’avons jamais été aussi nombreux dans l’histoire humaine », a remarqué le pape François, qui a fêté ses 85 ans le 17 décembre dernier. « Avec les migrations, la vieillesse est l’un des problèmes les plus urgents que la famille humaine est appelée à affronter en ce moment », a insisté l’évêque de Rome, en martelant que « les personnes âgées ont des droits ».

Un jeunisme ambiant
Regrettant de voir les personnes âgées, qui ont payé « le prix le plus élevé » durant la pandémie, sont souvent considérées comme « un poids », le Pape a remarqué le contraste démographique provoqué par le décalage entre l’allongement de l’espérance de vie et le faible nombre de naissances. Au cours des mois écoulés, il avait déjà lancé plusieurs alertes sur « l’hiver démographique » en Europe. Ce phénomène concerne particulièrement l’Italie, qui perd 200.000 habitants chaque année.

Le Pape a dénoncé le jeunisme ambiant, en remarquant que « l’exaltation de la jeunesse comme unique âge digne d’incarner l’idéal humain, unie au mépris de la vieillesse vue comme fragilité, dégradation, handicap, a été l’icône dominante des totalitarismes du XXe siècle ».

"Si les grands-parents se replient sur leur mélancolie, les jeunes se courberont encore plus sur leur smartphone."

Le vieillissement de la population doit aujourd’hui inciter l’humanité à mettre plus de « qualité spirituelle » et de « sens communautaire » dans la vie de la société. Dans le langage politique, les « plans d’assistance » ont pourtant tendance à se substituer à des « projets d’existence », ce qui traduit « un vide de la pensée, de l’imagination, de la créativité », a regretté le pape argentin.

Il a donc invité à retrouver le « don perdu » de « l’alliance entre les générations », alors que « la jeunesse éternelle est une hallucination très dangereuse ». Une communication concrète et incarnée entre les anciens et les plus jeunes est donc indispensable, pour leur bien réciproque. « Si les grands-parents se replient sur leur mélancolie, les jeunes se courberont encore plus sur leur smartphone », a averti le Pape.

« La vieillesse est un don de maturité et de sagesse. La Parole de Dieu nous aidera à discerner le sens et la valeur de la vieillesse », a conclu François, en remarquant que « ce défi d’humanité et de civilisation demande notre engagement et l’aide de Dieu ».

I.Media