13. oct., 2022

Que va faire Emmanuel Macron à Rome et au Vatican ?

Le pape François et Emmanuel Macron feront partie des nombreux invités de marque participant au sommet interreligieux en faveur de la paix organisé à Rome par la communauté de Sant’Egidio du 23 au 25 octobre 2022.

Le pape François et Emmanuel Macron feront partie des nombreux invités de marque participant au sommet interreligieux en faveur de la paix organisé à Rome par la communauté de Sant’Egidio du 23 au 25 octobre 2022, annoncent cette dernière et le Bureau de presse du Saint-Siège le 11 octobre. Le président français participera à l’ouverture de cet événement organisé chaque année par Sant’Egidio, dont le thème est cette fois-ci : « Le cri de la paix » ; François le clôturera lors d’une cérémonie à l’intérieur du Colisée.

Le président de la République française se rendra à l’événement à 17h le 23 octobre aux côtés du président italien Sergio Matarella – qu’il rencontrera brièvement en privé au cours d’un déjeuner – et du président de la République du Niger, Mohamed Bazoum. Lors de la précédente édition, la chancelière de la République fédérale d’Allemagne Angela Merkel avait participé à cet événement quelques jours avant de prendre sa retraite. Seront aussi présents le grand rabbin de France Haïm Korsia, le secrétaire général de la Ligue mondiale islamique, le cheikh Muhammad bin Abdul Karim Al-Issa, le président de la conférence des évêques d’Italie le cardinal Matteo Zuppi et le fondateur de Sant’Egidio et historien Andrea Riccardi.

Une présence remarquée
Emmanuel Macron devrait ensuite dîner avec les responsables de la communauté du Trastévère, connue pour son action en faveur du dialogue entre les religions et pour la résolution des crises et des conflits. Marco Impagliazzo, président de Sant’Egidio, a annoncé lors d’un point presse qu’il comptait discuter avec le président français de trois points clés : l’immigration, la guerre en Ukraine et les relations entre l’Afrique et l’Europe.

Sur les migrants, Marco Impagliazzo a souligné l’existence de « couloirs humanitaires » en France – une des politiques promues par Sant’Egidio – et a mis en avant la proposition émise par Emmanuel Macron d’encourager l’installation des migrants dans les zones rurales dépeuplées. La question des relations avec l’Afrique, a-t-il expliqué, est « un des thèmes qui nous unit avec le président français ». Sur la question de la guerre, le responsable de Sant’Egidio a mis en avant le choix d’Emmanuel Macron de maintenir ouvert le dialogue avec Vladimir Poutine et souligné sa proximité avec la position défendue par le pape François.

L’Italien a aussi mis en avant le « rôle » joué par Emmanuel Macron au sein de la communauté européenne, mettant en avant la dynamique de coopération ouverte par le Pacte du Quirinal (signé en 2021) qui renforce les liens entre la France et l’Italie.

Le Pape à nouveau au Colisée
Le pape François viendra clôturer le sommet le 25 octobre à 16h30 avec une prière entre chrétiens dans le Colisée – et non à l’extérieur comme l’année précédente. Puis il rejoindra les responsables de toutes les religions pour lire avec eux un appel à la paix, respecter une minute de silence pour les victimes des guerres et échanger un signe de paix. Le Pape et plusieurs représentants religieux liront un discours.

Le pape François et Emmanuel Macron ne devraient pas se rencontrer pendant l’événement mais en marge. La Croixa annoncé que le président de la République sera au Vatican pour la troisième fois dans la matinée du 24 octobre. La précédente rencontre remonte à moins d’un an, au 26 novembre 2022.

De nombreux participants prestigieux
Le rassemblement se déroulera – hors événement de clôture au Colisée – dans le palais des congrès ‘La Nuvola’ du quartier EUR, dans le sud de la Ville Éternelle. Sont attendues de nombreuses personnalités du monde religieux mais aussi du monde associatif et universitaire qui discuteront dans le cadre de 13 « forums » répartis entre le 24 octobre et la matinée du 25 octobre.

Parmi les leaders religieux attendus, on trouve des hauts représentants du judaïsme, de l’islam, de l’orthodoxie, du protestantisme et des religions asiatiques. Les cardinaux Kurt Koch (dialogue œcuménique), Miguel Angel Ayuzo (dialogue interreligieux), Jose Tolentino de Mendonça (Culture et Éducation) et Mgr Vincenzo Paglia (Académie pontificale pour la vie) représenteront le Saint-Siège.

La France sera bien présente lors de ce sommet. Le cardinal archevêque de Marseille Jean-Marc Aveline s’exprimera sur la Méditerranée, un de ses thèmes de prédilection, aux côtés de l’islamologue Olivier Roy, tandis que l’archevêque de Paris Mgr Laurent Ulrich parlera du rapport entre dialogue interreligieux et paix. La président de l’association des Semaines sociales de France Dominique Quinio discutera entre autres avec le président de l’Amitié judéo-chrétienne Jean-Dominique Durand.

L’Ukraine en toile de fond
Sant’Egidio a annoncé avoir invité des représentants des religions orthodoxes russes (patriarcat de Moscou) et ukrainiennes (Église gréco-catholique et patriarcat d’Ukraine) mais ne pas savoir pour l’heure s’ils participeront. Un témoignage d’une Ukrainienne doit aussi être entendu lors de la séquence d’ouverture.

Marco Impagliazzo a assumé la position défendue par le Saint-Siège sur l’Ukraine, celle d’une ouverture au dialogue avec toutes les parties. « Le Pape n’est pas assez écouté », a-t-il affirmé, estimant qu’il proposait une perspective « clairvoyante » sur le sujet.

Le président de Sant’Egigio a cependant insisté sur le fait que le sommet ne se concentrait pas spécifiquement sur la guerre en Ukraine mais sur toutes les guerres qui frappent les autres continents du monde, citant l’Afrique et le Moyen-Orient.

I.Media